The Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS: the indispensable.

It was a bit of a surprise for many of us when the new Panasonic Lumix GX9 has been presented in Canada in combination (only) with the Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS. At that point we were anticipating a different lens combo match with may be a smaller size zoom lens or even a fix focal length optic. But Panasonic not only maintain this combo-offer but have issued a new one with the introduction of the newest Panasonic Lumix G95 (G90) leaving no doubt about the sustainability of the Lumix G Vario 12-60mm Power OIS standard zoom lens.

I have already did a short french review of this enduring standard zoom lens because I have always thinking that it has been underrated very often especially with the apparition of the newest Leica DG Vario-Elmarit 12-60mm F2.8-4 Power OIS as an high-end alternative.

The first important think to mention about the Lumix G Vario 12-60mm OIS is its very low price point if you decide to buy the combo kit. And honestly you are not loosing anything because the optic can be used either as an A or B lens option in your camera kit. It is light, weather resistant and the stabilization function is efficient when you need it. Its overall size is small considering its focal length variation. Its major drawback is its modest maximum aperture that will prevent you to get shallower deep of field and ask you to use higher ISO setting in low-light situations.

The ergonomic of the Lumix G Vario 12-60mm OIS is good. The zoom ring control is large and easy to identify. The focus control ring is narrower and offer a moderate resistance without any turning limit (which is not really ideal for manual focusing). The filter accessory size is 58mm and the dedicated (plastic) bayonet mount lens hood (reversible for stocking) is included with the product package.

Having the possibility to use a wide angle of view of 84 degrees (for a 12mm focal length in MFT image sensor format) has been always an advantage cherished by many photographers. At the other end the 60mm focal length correspond perfectly with a good portrait vocation although the F5.6 maximum aperture wont win for sure a first price of the shallowest deep of field.

Optically the Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS is a very decent performer. Over the years and working with different copies, I have been surprised with its constancy all along its different focal length range. Using it with the latest Lumix MFT camera models it demonstrate its ability to produce  high quality image output even with the newest 20MP image sensor. Contrast is good, color rendering is faithful, aberration and distortion minimal if not unnoticeable (thanks to the in-board camera optical correction system), flare resistance very good and focusing accurate edge to edge. Sure more “pro” lens models can produce crisper results with a larger maximum aperture (shallower deep of field) and their higher optical resolution but the Lumix G Vario 12-60mm OIS can deliver on its part of good to very good pictures.

With a weight of 210g the Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS zoom lens correspond really to the compact definition of the MFT image sensor format system. As an everyday, travel, casual or creative camera lens, it can be a faithful companion of many if not almost all of your photo sessions. It won’t fit into your pocket but it will slip easily into your satchel or into your bag almost discreetly. In all it represent an easy recommendation to combine the Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS lens with your next Panasonic Lumix ILC buy.

Advertisements

Le Panasonic Lumix GX9 (GX7 Mark III): la synthèse de la continuité / The summation of recurrent ideas

(Please note that the english version follow the french text)


La synthèse de la continuité

Le Panasonic Lumix GX9 est un incompris pour certains photoblogistes qui anticipaient lors de sa présentation la reproduction d’un nouveau modèle Lumix “à la GX8” sur-vitaminé! En fait l’ancien Lumix GX8 était plutôt une sorte d’anomalie dans l’univers jusque là connu de la série GX par la plus grande dimension de son boitier  particulièrement si on le comparait à son prédécesseur, le GX7. Ce qui fut confirmé par Panasonic même dans la dénomination nippone du modèle GX85 / GX80 répondant au nom de GX7 Mark II sur le marché japonais. Et le Panasonic GX9 retrouve maintenant un format de boitier plus compact et discret.

On peut parler de véritable synthèse des différentes caractéristiques propres aux modèles GX antérieurs et récents à partir du GX7. Certes l’abandon de la caractéristique unique de la protection accrue contre les intempéries du GX8 (mais qui était absente de tous les autres anciens GX il faut le préciser) est peut-être l’élément le plus choquant de cette “évolution”. Mais une fois avalée cette pilule un peu amère, le Panasonic Lumix GX9 reste un appareil tout à fait adéquat et moderne. Son apparence modeste, une signature récurrence des designs de Panasonic pour la série Lumix, est un atout sérieux pour le ou la photographe urbain(e), le ou la voyagiste ou encore les adeptes de la photographie spontanée de tout genre.

Le capteur MFT de 20 méga-pixels est maintenant un produit éprouvé sous plusieurs déclinaisons tant chez Panasonic qu’Olympus. La qualité d’image reconnue de ce capteur lui confère un rendement supérieur et son traitement post-prises de vues est très bien maitrisée. La colorimétrie embarquée est plaisante et tout à fait para-métrable au goût des utilisateurs s’ils le souhaitent. Les options monochromes noir & blanc sont riches et facilement accessibles de l’interface car comme à l’accoutumée, les boutons et rondelles de contrôle des différentes fonctionnalités du Lumix GX9 peuvent être reconfigurés au choix de son ou sa propriétaire. Il n’y a aucun doute à être en mesure de produire des fichiers d’images tout à fait utilisables et suffisamment détaillées pour le tirage d’art sur du papier d’impression spécialisé.

La tenue en main est celle d’un compact avec viseur décentré (à la rangefinder) qui est la résultante d’un compromis entre le petit format du boitier et l’accessibilité aux fonctionnalités du boitier. À ce propos il est inutile d’entamer un débat d’où il ressort que le choix logique du photographe d’action ou sportif serait plutôt un Lumix à viseur centré à la (D)SLR comme les G85 / G80, G9 ou GH5! C’est donc dans l’ordre des choses que la préhension du Lumix GX9 apparaisse minimaliste pour les tenants du design de type SLR. Il y a toujours un apprentissage à considérer dans la manipulation un boitier compact et le Lumix GX9 n’échappe pas à cette règle (Rappelons toutefois que le GX8 était une exception à cette règle compte tenu des dimensions accrues du boitier). L’étude de la poignée optionnelle DMW-HGR2 est intéressante mais rend l’accès au compartiment de la carte mémoire et de la pile plus difficile et son remodelage plus pratique serait bienvenue.

Le viseur électronique (EVF) du Panasonic Lumix GX9 reprend essentiellement les caractéristiques techniques de celui utilisé dans le modèle Lumix GX85 / GX80 avec cependant l’option du pivotement vers le haut comme chez les précédents Lumix GX7 et GX8. Cet option d’orientation peut simuler adéquatement les anciens viseurs-poitrines offerts pour certains modèles d’appareils reflex argentiques professionnels.  Ce viseur électronique génère une bonne qualité d’image avec un biais typique un peu contrasté pour un sujet au soleil à contre-jour. Son relief d’oeil est bien pour un usage à l’oeil nu mais peut paraitre étriqué pour un porteur de lunettes correctrices. L’écran-arrière ACL est également orientable vers le haut et le bas ce qui lui confère un avantage indéniable en reprographie, photo-macrographie et proxi-photographie. Les différentes touches et rondelles d’opération sont aisément accessibles mais compte tenu de leur proximité, le risque de mise en route involontaire est plus élevé que pour un appareil de plus grandes dimensions. L’interface est classiquement celui élaboré par Panasonic pour ses appareils photo numériques.

    Les inspirateurs

Lumix GX85 / GX80 / GX7 Mark II

Il est évident qu’à plusieurs points de vue le Lumix GX85 / GX80 a servi d’inspiration et de moule créatif pour le Lumix GX9. Cette parenté n’est pas pour autant réductrice si on considère que le GX85 / GX80 constituait comme un retour à l’esprit original sous-jacent du Lumix GX7 par ses dimensions et son flash intégré. Sur le terrain ces deux qualités sont spécialement appréciées par l’utilisateur discret, spontané et flexible.

Lumix GX7 original

Avec l’usage on peut apprécier également la présence d’un sélecteur de type de mise au point bien accessible, de la roulette des coefficients de correction d’exposition, du bouton d’activation de mémorisation d’exposition et de l’option du menu rapide (Quick Menu) entre

autres touches-fonctions. Le flash intégré permet de déboucher les ombres pour des sujets peu distancés. Il peut servir aussi d’unité de commande dans une combinaison de multi-flashes sans-fil.

Comme à l’accoutumée je ne traiterai pas des fonctionnalisés propres à un usage vidéo.

Avec le format plus réduit du Panasonic Lumix GX9 le choix d’une optique appropriée tant par son utilité propre que par sa capacité à se marier physiquement au boitier revêt une importance incontournable. Le manufacturier propose d’emblée l’objectif-zoom trans-standard Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS, un choix judicieux de par sa versatilité, son faible poids (210g) et son tarif coupé. Évidemment toute autre optique au choix du photographe reste sa prérogative. Le Lumix GX9 s’harmonise très bien d’un objectif à focale fixe et les résultats obtenus avec cette combinaison sont souvent supérieurs à la moyenne et à ceux offerts par les objectifs-zoom sauf exception. Avec ses dimensions compactes, Panasonic pourrait nous proposer une combinaison appareil-objectif qui combinerait le Lumix GX9 avec le diminutif Lumix G Vario 12-32mm F3.5-5.6 Mega OIS à l’exemple de son prédécesseur le Lumix GX85. Pourquoi le 12-60mm a-t-il été préféré? Peut-être en vertu de son design optique plus récent, de sa stabilisation plus efficace (Power OIS versus Mega OIS) et de sa plus grande amplitude de distances focales. Il se peut que l’exigence du capteur de 20MP soit un peu trop élevé pour l’ancien 12-32mm. À titre de comparaison personnelle j’ai brièvement équipé le Lumix GX9 de l’objectif G Vario 12-32mm F3.5-5.6 Mega Vario sans observer une chute spectaculaire de la qualité des images obtenues par rapport au 12-60mm. Peut-être ma copie du 12-32mm était exceptionnellement fabriquée!

Je m’en voudrais de ne pas vous suggérer quelques accessoires d’appoint comme une pile-accu supplémentaire (ou plus) indispensable pour l’usage prolongé de ce type d’appareil, un flash externe qui évite de taxer indument l’alimentation de l’appareil si vous avez une propension à utiliser fréquemment cet éclairage d’appoint et peut-être une poignée optionnelle si vous utilisez des objectifs de plus grandes dimensions et de poids plus élevé.

Comme la plupart des appareils photo numérique à viseur décentré, le Panasonic Lumix GX9 est beaucoup moins intimidant que ses collègues à viseur centré de type (D)SLR. Cette caractéristique rend beaucoup plus aisé la cohabitation du sujet avec le photographe. Même en cette ère d’égo-portraits en toute occasion, le contact entre l’auteur et son sujet reste complexe et exige toujours d’une relation de confiance minimale. Le Lumix GX9 répond bien à cette exigence de discrétion et de compétence demandée. Si vous l’associez avec un objectif “toute éventualité” comme les Lumix G 20mm ou 25mm F1.7 ou encore comme le petit téléobjectif Lumix G 42.5mm F1.7 Mega OIS, vous serez en mesure de réaliser de superbes images et de maintenir la spontanéité de votre sujet principal.

Le Panasonic Lumix GX9 n’est peut-être un appareil de poche mais c’est assurément un compact qui répond bien à la définition originale de faible encombrement du format MFT. En tout comme en particulier il s’avère un appareil photo numérique traditionnel compétent, versatile et complet. Plus encore c’est certainement un compagnon idéal mais discret pour la photographie au quotidien qui encourage l’impulsion créatrice de son utilisateur.

Tous mes remerciements à Panasonic Canada et à Yannick pour leur support et le prêt de ce nouveau modèle Lumix GX9.

P.s. Pas de panique!

On ne peut pas s’empêcher de spéculer des intentions d’autrui et de ce que nous réserve l’avenir. Ainsi il y a cette rumeur de l’abandon de produire des appareils MFT à objectifs interchangeables dont le tarif serait d’entrée et de moyenne gamme par Panasonic pour sa série Lumix. Bien sûr une telle perspective n’est pas souhaitable et le maintien de modèles plus abordables comme dans les séries GX et G nous garantie l’apport renouvelé de nouveaux adeptes du format. Mais il existe cette réalité d’un marché pour l’appareil photo numérique traditionnel en plein resserrement qui contribue à une psychose de l’extinction de l’espèce par la disparition des marques et fabricants certes toujours possible mais pas seulement lié à ce seul facteur. L’industrie de l’équipement photographique comme toute autre du domaine technologique a connu et connaitra toujours des évolutions et des mutations profondes de temps en temps, c’est écrit dans le ciel de notre monde matérialiste. Mais aujourd’hui ne diffère pas fondamentalement d’hier et qui put vraiment “prédire” l’avenir! – DM

The summation of recurrent ideas

Handholding a camera can be a very deceptive experience and can give you that you think you have finally found one of the best photo device you ever have tried. Certainly it was my own impression regarding the late Panasonic Lumix GX8 which was a bigger package compared to the previous Lumix GX7 but was doted with a more secure grip and a new and more definite image sensor (20MP vs 16MP). So memories on the Lumix GX8 were pleasant especially if you compare with the Lumix GX85 (GX7 Mark II) smaller version and its reduced dimension and its less interesting image captor (again 16MP).

Many previous users of Lumix GX8 and even GX7 (Mark I) were badly surprised Panasonic have chosen to recycle the GX85 design concept to their newest GX9. Many early reviewers (if not almost all) were badly astonished by this choice from the manufacturer. So the Lumix GX9 (named elsewhere GX7 Mark III) has disappear from the reviewers radar on a fast pace. In my book on the search for compactness it  is a pity to simply ignore that new model Lumix GX9. If you consider the very nature of the M4/3 sensor format the Lumix GX9 rightly respond to that mandate in size and weight.

The Panasonic Lumix GX9 is a compact ILC in MFT sensor format as we were trilled to discover in the early years of that format. The conceptual idea to produce a very small photo device along with the appropriated lenses was without contest a very critical success although not so good commercially. But in some ways it has survived mainly with higher end models like the Lumix GX7 and GX8 or the Olympus Pen-F.  The Lumix GX9 is not obviously a SLR type camera with a centered viewfinder since it mimiques the “rangefinder” style with an off-center electronic viewfinder (EVF).  The swivel EVF option to the upper position allows the photographer to experiment a kind of chest level position that will give a more equilibrated point of view in helping to preserve the lateral and vertical straight lines. In some ways it refers to the older waist level viewfinders of the film era.

The Lumix GX9 is a compact camera but it has in own surprising weight that give more stability induced by the inertie phenomena. That can annoying for those who are looking for a very light pocket photo device which is not the case with the GX9. Furthermore in associating the Lumix GX9 with the Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS lens (a good optic in many ways) the combined package is relatively large in dimensions and partly destroy the compactness idea. For very discrete street or urban photography many will prefer to use a smaller lens such as the Lumix G 20mm F1.7 or the 25mm F1.7 or even the G Vario 12-32mm Mega OIS.

As usual Panasonic have designed a very classic interface presentation with almost all the function buttons and dials located on the right upper deck and rear side of the camera leaving main control on the right hand, your left palm hand serving as a stand under the taking lens and giving you a natural option to control your focusing ring and zoom cal range if available. Direct autofocus lever selector is a very handy feature as for the AE/AF locking button. Separate exposure correction dial is also a very appreciated option but the reel is located a bit far on the right upper edge of the camera body to an easy thumb control. Multi-fonction front and rear dials make easy selection of basic parameters such s shutter speed and aperture depending which exposure program you have chosen. The Panasonic Lumix GX9 offers you an infinity of configuration variations that allow a very deep personalization of the camera.

The viewfinder will give a good preview (but seems to be a bit too constraty) and the back screen definition is fine and will give you a nice appreciation of the scene and a good preview of the final image result. I didn’t feel handicapped compare to a classic optical viewfinder. No lag impression are generated by panning the subject. It is true to say that EVF have come a long way their first technical interpretation a few years ago. They are now reliable tools for the photographer.

In  the camera body the small electronic flash is a fine addition to perform fill-in flash on the spot. Mixing available daylight and flash burst can be done with confidence once you master the different options of memorizing the ambiant and flash light exposures. As usual for that GX series you can add an external compact flash light in order to get greater output and have an independant battery flash power.

Taking pictures with the Panasonic Lumix GX9 is an easy task. The camera can stay on hand and be ready on the spot if necessary. You just have to remind you that the Lumix GX9 is not weather protected. In comparaison with the previous Lumix GX8 it is surely a deception. So you have to think  about securing the camera under fairly adverses picture taking conditions.  Is this point could be addressed in the next GX one digit itineration of the model? It has to be seen in the future.

The best definition that can suit the Panasonic Lumix GX9 is its summation of recurrent ideas that we have already seen on the previous GX Lumixes. Cost considerations forced Panasonic to drop beloved features like the weather sealing and may be a larger body size for a better handling. But this model is available at a price level similar today of the previous GX7 which was a very successful model in the recent past. For a reason of my now I have not found that the Lumix GX9 is such a strong departure from the GX85 but you have to consider its improved image sensor (20MP vs 16MP) but other than that the two models are similar in many ways.

Finally I have noticed that since a few months there is a kind of Panasonic Lumix GX9 renaissance partly du of the very early negative reviews which is funny and demonstrate the lack of distanciation of the more instant reviewers. Like they said: “Moderation have always better taste”

Panasonic Lumix G Vario 45-150mm F4-5.6 Mega OIS : The boy in the box.

Photography isn’t cheap these days considering the afflux of new models of cameras and lenses that are indeed more and more expensive. Many manufacturers clame this is the only way to survive with niche products that generate large gross profit marges. In fact many good entry level models in the small mirrorless planet have been phase out and not replaced if you carefully observe the MFT catalogs for example. Fortunately the lens selection remains almost untouched although we didn’t see cheaper new optic venues on the shelter lastly.

The Panasonic Lumix G Vario 45-150mm Mega OIS is the king of little beast that is often part of a combination offer with the usual camera body/standard lens duet as a complementary telephoto zoom optic intended for a more infrequent or exceptional use. So accordingly its price point is very very low as  it is for its construction cost.

The Lumix G Vario 45-150mm Mega OIS is in fact a slow speed zoom lens considering its variable maximum aperture of F4-5.6. The compromise in low light situations can be fairly destructive for the quality level in its final imagery output. By using slower shutter speed and higher ISO the lost quality cost may be too strong to get more prestigious results. So this optic need more light and best support to be able to reach an acceptable picture. In that view your rate of success will decrease significantly if you compare it let say to your normal standard lens.

The lens construction seems surprisedly good for this price point. The control zoom and focus rings are smooth to use and offer a acceptable resistance that guaranty a good setting maintaining. The rear mount metal plate is another plus value. The auto-focus is quick and silencious. Manual focusing with the lens can be done accurately without too much control ring travelling.  Very close focusing is not available on this optic although you can work at a starting closest distance of your subject of 3 feet or 1 meter approx. which is good for near face portrait session.

Because the Lumix G Vario 45-150mm OIS is an easy lens to use doesn’t mean you will get outstanding pictures in every situations to say the very least. Dont be fool by the “look” of the picture on your camera rear screen after the shoot because in that small magnification all picture seem sharp and saturated. To be sure it is better to use the loupe option and examine fine details of the subject.  Fo moving subjects it is more advise to select first an higher shutter speed to prevent blurry results. Panning your main subject can help to stabilise the main subject and create a blurry background. Choosing an accurate aperture can be also a challenge especially if your main subject need an higher deep of field to be all in focus. The more you are zooming the lens to its telephoto limit the more you have to pay attention to the basic parameters selected (shutter speed, aperture, exposure, stability, etc).

Metal mount a good surprise at this price point.

Many people that are reviewing zoom lenses will say that this type of optics have a general tendency to loose its definition when you set them at their maximum telephoto ability. In fact any zoom lens is an optic compromise between all their focal position. Today with in-board camera auto-corrections it became more difficult to actually “see” the differences. As a personal general rule of thumb I wont invest on an optics that is not able to perform decently all over its focal length which is an absurdity if you pay for the partial use of a product. So what about the Panasonic Lumix G Vario 45-150mm OIS lens? At 150mm focal setting, the lens can deliver average image output but nothing outstanding if you compare it to more professional products such as the Panasonic Lumix G Vario 35-100mm F2.8 OIS. And that is also true that if you are selecting a lower focal lenght setting you will get better results. My modest advice is if you intend to work on a regular base with a telephoto optic you are far better to wait and get a more higher quality level product.

And the end what can we conclude regarding the Panasonic Lumix G Vario 45-150mm F4-5.6 Mega OIS zoom lens?  As a bonus product, this kit telephoto zoom lens can be an interesting part-time entry-level option. The optic is well build and easy to use. But the picture results are on the average-good level depending on the focal length selected. If you are considering to use such a product on a more critical and intensive base, you may look to the Panasonic Lumix G Vario 35-100 F4-5.6 OIS (or the Pro F2.8 version) as a better optically alternative optic.

Panasonic Lumix GX85: le vilain petit canard!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a succédé au très chéri Panasonic Lumix GX7 et a préfiguré au concept du GX9, le mal-aimé remplaçant du GX8.  Le Panasonic Lumix GX85 fut pourtant une très belle évolution hybride des modèles GM5 et GX7. Plus compact ou ramassé, il personnifie l’esprit même du format MFT (M4/3) qui est d’offrir des appareils et des objectifs aux dimensions réduites dont la grande qualité étant leur “transportabilité” plus facile permettant une disponibilité accrue et une discrétion appréciée des photographes voyageurs ou baladeurs.

Doté d’un capteur M4/3 de 16 méga-pixels, le Lumix GX85 offre une intéressante qualité d’image bien exploitable pour ceux et celles qui projettent une diffusion virtuelle sur écran et imprimée de format standard (A4) de leurs oeuvres.  Bien sûr avec un soin plus particulier apporté à la prise de vue on peut extrapoler des formats d’impression plus élevés. Le choix de l’objectif peut aussi influer sur cet aspect critique de l’image.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À priori, le Panasonic Lumix GX85 conserve une facture très épuré qui rappelle les anciens appareils à télémètre couplé de l’époque du film 35mm. Son poids est surprenant compte tenu des tendances actuelles pour cette dimension d’appareils photo mais il ajoute une certaine inertie stabilisatrice lors de la prise de vue et accommode mieux la combinaison du boitier avec des objectifs plus lourds. La tenue en main est bonne en ne générant pas de fatigue particulière. Les touches et roulottes de contrôle sont distribuées vers le coté droit du boitier et permettent l’accès direct à plusieurs fonctionnalités pratiques. Bien sûr l’espace limitée rend plus probable la manipulation accidentelle et involontaire de fonctionnalités et oblige l’utilisateur(trice) à la prudence et à la revision régulière des paramètres inscrits sur les écrans de visée.

L’écran tactile du Lumix GX85 est un outil efficace et très réactif. Cependant pour un utilisateur comme moi qui s’appuie beaucoup sur l’appareil photo quand j’utilise le viseur électronique l’option tactile de positionnement de la zone unique de mise au point entraine souvent l’effort de re-positionnement pendant la prise de vue. Pour éviter cela il faut désactiver tout le panneau tactile…

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Panasonic Lumix GX85 donne accès à toutes les fonctionnalités standard et avec ses deux roulottes avant et arrière rend l’ajustement manuel des paramètres traditionnels de prise de vue, l’ouverture et la vitesse d’obturation, très aisé. Les affichages du viseur et de l’écran sont très complets et peuvent être configurés. Le bouton-poussoir de mémorisation d’exposition et de mise au point est facile d’utilisation et bien situé tout comme celui de la mise en route du flash incorporé de l’appareil. Il y a donc peu à redire sur les différentes commandes du boitier sinon leur petites dimensions et l’absence de déclic de confirmation peut-être attribuable à la vocation vidéo optionnelle. Sur ce dernier aspect je m’en voudrais de vous donner un avis de profane car c’est une particularité que je ne traite jamais dans ces modestes essais.

Le Panasonic Lumix GX85 était souvent offert en vente avec l’objectif très diminutif Lumix G Vario 12-32mm F3.5-5.6 Mega OIS qui constitue une combinaison particulièrement intéressante pour la photo spontanée, urbaine ou de voyage. L’absence de bague de mise au point sur ce 12-32mm est cependant son pire handicap. Tous les objectifs Lumix G de focale fixe s’harmonisent très bien avec le GX85 et la qualité d’image reste excellente.  Pour un, l’objectif Lumix G 42.5mm F1.7 est un petit joyau optique pour les adeptes du portrait ou de la photographie avec une profondeur de champs réduite.  Si vous utilisez un plus longue focale tel les objectifs zoom téléobjectifs vous constaterez une manipulation moins aisée du Lumix GX85, l’appui du combo boitier-objectif se déplaçant vers l’avant et votre main gauche devenant un élément important de stabilisation.

Au chapitre de l’option de stabilisation offerte par le Panasonic Lumix GX85, ce modèle tire bien son épingle du jeu tant avec les objectifs sans stabilisation incorporée que ceux ayant déjà cette caractéristique à l’interne. Bien sûr il faut rester attentif à bien tenir l’appareil ou encore s’appuyer le plus fermement qu’il est possible de le faire et ne pas considérer l’assistance à la stabilisation comme une panacée universelle infaillible.

Le Lumix GX85 est doté d’un micro-flash interne bien dissimulé pratique pour un éclairage d’appoint disponible à la volée. De plus vous pouvez ajouter un flash externe d’alimentation indépendante si vous souhaitez utiliser ce mode d’éclairage de façon plus intense et avec une plus grande flexibilité.

Le Lumix GX85 étant totalement électronique demande une alimentation électrique constante qui varie selon les options de visualisations, d’éclairage, de stabilisation et d’exposition utilisés. Le boitier est donc potentiellement assez énergivore et son autonomie est plutôt en deçà de a moyenne. Une pile-accu supplémentaire déjà chargée reste une précaution élémentaire à apporter sur le terrain particulièrement dans l’optique d’une longue sortie, d’un usage intensif ou d’un périple. Toutefois la pile-accu peut être rechargé directement via le port USB de l’appareil le cas échéant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne veux pas faire l’apologie habituelle des photoblogistes au sujet du Lumix GX85 car ce modèle arrive de toute façon en fin de carrière remplacé sans le dire par le boitier Lumix GX9. Mais je m’inquiète beaucoup plus de la tendance actuelle à l’enflure généralisée des appareils et objectifs ayant un capteur M4/3. C’est plutôt navrant de constater qu’au nom de la récupération de cette clientèle rétrogradante des D-SLR, il fasse se prostituer au concept des caméras protubérantes et des objectifs intimidateurs. Nous verrons si la logique aura raison éventuellement des élucubrations des forums toxiques de la photo sur l’Internet.

Le Panasonic Lumix GX85 est peut-être le vilain petit canard de certains mais il assure la continuité d’un concept compact appliqué au format de capteur MFT tout en maintenant un niveau de qualité d’image tout à fait satisfaisant pour la photographie créative, spontanée et baladeuse.

Le Panasonic Lumix G 25mm F1.7 ASPH.: Vous trouvez cela normal?

Panasonic Lumix G 25mm F1.7 ASPH.

C’est vrai qu’il fut un temps où l’objectif dit “normal” se retrouvait de facto couplé sur la plupart des appareils photographiques. Seule sa distance focale pouvait varier en s’harmonisant au format du film (argentique). Son angle de champs visuel correspondant en gros à notre zone de netteté quand nous observons une scène à l’oeil.

D’entrée de jeu je dois avouer que je ne suis certainement pas un grand fan des objectifs dits “normaux”. Imposés par la tradition et par des motifs économiques j’ai toujours connu un certain nombre de frustrations reliées surtout à leur angle de champs visuel. Cependant je dois admettre que ces objectifs sont aussi des outils optiques très versatiles malgré leur distance focale fixée. Et en fait on peut affirmer que tous les objectifs normaux sont probablement la meilleure façon d’aborder le photographie traditionnelle. Ils font école et exigent du photographe un effort créatif dans sa prise de vues.

Une belle sélectivité du sujet à courte distance.

Le Panasonic Lumix G 25mm F1.7 ASPH. est une aubaine à tout point de vue. Son tarif très doux le rend accessible pour tout usager qui veut explorer le monde des objectifs à focales fixes. Son ouverture maximale de F1.7 est dans la bonne moyenne pour permettre un certain contrôle de la zone de netteté du sujet via le phénomène de profondeur de champs. Il est léger, discret et sa bague de mise au point élargie est pratique. Son pare-soleil dédié est inclus lors de l’achat, une saine habitude commerciale de la part de Panasonic. Avec un diamètre pour les filtres-accessoires de 46mm l’encombrement de cette optique de tous les jours demeure minimaliste.

À qui s’adresse ce petit “normal” de la gamme des Panasonic Lumix G? À priori certainement aux aimants de la photo traditionnelle. Car en excluant les aides courantes des objectifs trans-standards comme la variable de la longueur focale ou encore la stabilisation optique intégrée, le Panasonic Lumix G 25mm F1.7 ASPH. propose au photographe l’apprentissage et la maitrise plus poussé des grands paramètres de la composition, de l’exposition (du capteur) et de la mise au point plus sélective (profondeur de champs). De plus sa discretion lié à son faible volume rend la combinaison appareil-objectif moins intimidante pour le sujet principale de l’image en particulier si l’on choisit un modèle à viseur décentré, style rangefinder. Par ailleurs ce 25mm F1.7 jouit d’une flexibilité étendue sur le choix des sujets, des compositions, des styles de photographie pour peu que son utilisateur fait preuve  d’une mobilité minimale.

Une des caractéristiques que j’ai vraiment apprécié à propos du Panasonic Lumix G 25mm F1.7 ASPH. est sa grande facilité de mise au point en toutes circonstances mais plus encore en faible éclairage et pour un sujet à très courte distance. La réactivité accrue induite sur l’appareil photo utilisé est remarquable et est peut-être la conséquence de la combinaison d’une focale fixe et d’une plus grande ouverture maximale de l’objectif par rapport aux habituels zooms trans-standards et téléobjectifs.

La qualité des images résultantes du Lumix G 25mm F1.7 ASPH. se retrouve dans la bonne moyenne pour un objectif de format MFT. L’ouverture maximale de F1.7 n’est sûrement pas un handicap et pour être employée librement pour un meilleure contrôle de la zone de netteté du sujet principal de l’image. Panasonic offre le modèle Leica DG Summilux 25mm F1.4 ASPH qui a l’avantage marginal d’une plus grande ouverture maximale dans une dimension-poids similaire mais avec un tarif multiplié par trois! Une intéressante comparaison entre ces deux objectifs est disponible sur ce site Internet.

Le Panasonic Lumix G 25mm F1.7 ASPH. est une objectif très discret tant esthétiquement que mécaniquement. Il s’harmonise bien avec l’esprit des autres produits MFT de Panasonic qui privilégie la sobriété dans l’efficacité. Compte tenu de son tarif réduit et de sa polyvalence il peut être une addition facile et appréciée dans un ensemble photographique.

 

Le Panasonic Lumix G Vario 45-200mm F4.0-5.6 II Power OIS: l’omission pourtant efficace!

Le Panasonic Lumix G Vario 45-200mm F4.0-5.6 II Power OIS est peut-être le meilleur alter ego en mode téléobjectif de l’optique trans-standard Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 OIS. Polyvalent, compact, résistant aux intempéries, la deuxième version de ce zoom peut répondre aux exigences normales propres à la photographie discriminante du sujet versus son environnement. Malgré une très modeste ouverture maximale son grossissement accru de 8X par rapport à la vision humaine peut permettre une plus faible profondeur de champs qui isole le sujet principal.

Car ce Panasonic 45-200mm est souvent perçu comme un enfant pauvre optiquement parlant surtout si l’on le compare avec ses grands frères de série dite professionnelle. Bien sûr sa modeste ouverture maximale variable est un sérieux handicap pour la photo d’action et plus encore en faible lumière ambiante. Mais est-ce pour autant mission impossible pour ce diminutif de la série Panasonic Lumix G? Le défi est intéressant mais pour autant pas si inaccessible qu’il n’y parait si on s’applique à bien contrôler ses paramètres de prise de vues et qu’on appréhende bien son sujet. Avec un tel objectif la chance de réaliser sans préparation une photo spontanée parfaite reste souvent aléatoire quoique toujours possible. Il y a donc un mérite à réussir dans cette perspective.

Un des avantages d’utiliser un longue focale demeure sa grande capacité d’isoler le sujet et d’écraser la perspective offerte dans le viseur du photographe. L’oeil humain fait inconsciemment cet exercice quand il veut privilégier son attention sur un détail extrait de son champs visuel total. Avec une focale  variable comme le 45-200mm le choix plus pointu du cadrage devient un atout indéniable à exploiter une fois que l’utilisateur a trouvé sa position optimale compte tenu du contexte de prise de vues. Il n’en tient qu’à l’opérateur de bien exploiter les possibilités d’une telle optique.

Avec son système embarqué de stabilisation optique le Lumix G Vario 45-200mm II compense en partie sa faiblesse d’une ouverture maximale limitée. Il faut quand porter une attention particulière sur le maintien de l’objectif dans un contexte de faible luminosité et en utilisant un temps de pose plus long. Reste le choix de réaliser volontairement une image qui illustre bien le flou généré par le mouvement du sujet ou par le déplacement dans son environnement par panning. En photo d’action les choix sont vastes si l’on laisse filer son imagination pour recréer des interprétations originales d’une situation. La rectitude de la photo stéréotype du sujet manque souvent d’impact et devient qu’une image générique et répétitive. À vous d’expérimenter et c’est que l’usage du Panasonic Lumix G Vario 45-200mm F3.5-5.6 II vous propose.

La prise en main du Panasonic Lumix G Vario 45-200mm F3.5-5.6 II Power OIS est confortable et les bagues de sélection de la longueur focale et de la mise au point sont facilement identifiable. La course de la bague d’ajustement du point focal (focus) m’apparait trop longue et un peu décalée pour la photographie d’action et l’on doit plutôt s’appuyer sur les différentes options disponibles à la mise au point automatique pour mieux performer dans ce domaine. Si le mouvement est suffisamment fluide, la plupart des appareils MFT de moyenne et grande gamme pourront suffire à la tâche. Évidemment l’absence de collet rotatif pour une prise trépied/monopod optionnel peut décevoir les photographes d’action ou de sport. En outre la grande distance minimale de mise au point peut être gênante en photo de proximité élevée tout en restant suffisante pour le portrait cependant. Avec un zoom téléobjectif de cette nature il est préférable de le coupler avec un appareil numérique dont le viseur est centré (type SLR) pour assurer un meilleur suivi du sujet entre autres mais cela n’exclut pas de le combiner avec un modèle à viseur décentré (type rangefinder) au choix de l’utilisateur. L’objectif est fourni avec son pare-soleil dédié réversible pour le rangement et on peut y monter des filtres-accessoires de 52mm, une option économique. Un interrupteur d’activation ou non du stabilisateur de l’objectif est présent et utile pour un usage sur trépied.

Dans les quelques exemples accompagnateurs cet article, j’ai voulu montrer la versatilité du Panasonic Lumix G Vario 45-200mm F3.5-5.6 II Power OIS face à différentes situations de prises de vues. En utilisant un ISO plus élevé vous parviendrez à produire des résultats satisfaisants répondant aux exigences de la publication virtuelle ou électronique. Je fus même surpris de pouvoir pousser ce 45-200mm dans ses derniers retranchements et plus exactement vers la plus grande distance focale de 200mm sans éprouver de perte sensible de qualité d’image. Évidemment une analyse “à la loupe” pourrait peut-être donner une impression différente mais je préfère juger une image sur son impact, son histoire implicite et sa pérennité.

Comment conclure sinon que ce Panasonic Lumix G Vario 45-200mm F3.5-5.6 II Power OIS a su me
séduire malgré toutes les préventions qu’il semblait susciter dans cet univers Internet auprès des reviewers professionnels. Il est efficace et trouve son utilité dans sa grande latitude focale pour un zoom téléobjectif. Ses relatives compacité et pesanteur pour de telles distances focales le rend pratique à transporter avec soi.

🔻

 

🔺

 

Le Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS: l’objectif des méga-stars!

Il fait souvent parti des grandes premières mais sans pour autant porter ombrage à la vedette du moment qu’il s’agisse du GX8, du G85 ou encore du tout dernier GX9. Ila tous les atouts du coéquipier modeste et travailleur, sans éclat mais suffisamment efficace et surtout versatile qui s’adapte aux circonstances. Cependant il ne saura jamais un grand champion et toute reconnaissance de sa contribution restera ingrate sinon indifférente.

Je parle évidemment du Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS. Mon premier contact avec cette optique date en effet de mon essai du modèle GX8. Aujourd’hui il a été maintes fois enfoui dans le terreau de l’oubli par l’éblouissant Leica DG Vario-Elmarit 12-60mm F2.8-4.0 Power OIS, une vrai merveille celui-là. Pourtant cet objectif G Vario 12-60mm F3.5-5.6 OIS constitue un excellent investissement pour votre parc optique surtout si vous profitez de son tarif d’aubaine inespéré lors de l’achat d’un G85 ou d’un GX9, c’en est même indécent!

La couverture de ce zoom trans-standard démarre par une position grand-angle de 12mm ayant un angle de champs de 84 degrés pour se terminer par limite téléphoto respectable de 60mm de 20 degrés. Il a donc toute la versatilité voulue pour répondre à plusieurs situations photographiques diversifiées comme la photo urbaine, l’architecture, la photo spontanée et même le portrait. En voyage c’est un outil sérieux pour celle ou celui qui privilégie la souplesse mais aussi la légèreté de son matériel de prises de vues. Parlant poids il dépasse à peine les 200 grammes (210g) et peut facilement s’harmoniser avec un boitier plus compact comme les GX85 et GX9. Fourni avec un pare-soleil en forme de pétales il s’accommode des filtres-accessoires de diamètre réduit de 58mm.

Bien entendu son principal handicap reste son ouverture maximale variable plutôt minimaliste de F3.5-5.6. Ce faisant le contrôle de la profondeur de champs demeure théorique sauf si la distance photographe-sujet est très courte et que la distance focale choisie se retrouve dans les les 50-60mm. Et donc le pouvoir séparateur de ce 12-60mm est faible du fait de sa zone de netteté assez étendue. Compte tenu de son poids il s’agit d’une construction en composite mais l’action des bagues de distances focales et de mise au point est malgré  tout fluide et positive.

La présence du stabilisateur optique du Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS est déterminante pour une utilisation toute circonstance particulièrement quand la luminosité du sujet est faible. Combiné avec un système de stabilisation embarqué dans le boitier de l’appareil photo le ou la photographe bénéficie d’un outil optique répondant aux exigences les plus pointues.

Coté imagerie Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS ne déçoit pas avec une bonne performance tant en résolution qu’en colorimétrie. Les résultats sont bien prévisibles et son grand champs visuel en position grand angulaire en fait un objectif contextuel de premier plan. En milieu urbain il a cette souplesse qui induit à une plus grande recherche de sujets et encourage une créativité plus poussée en composition. Bref une optique “canif suisse” pour tous les baladeurs-photo.

Le Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 Power OIS qui est le choix du manufacturier pour mettre en vedette ses stars du moment comme le GX9 est aussi un excellent outil de travail pour s’initier et approfondir sa passion photographique.

Panasonic Lumix G85 / G80: la simplicité a meilleur goût!

Le Panasonic Lumix G85 / G80: un survol français

(English previous post on the Panasonic Lumix G85)

Panasonic m’étonnera toujours avec les cycles de présentation de ses différents modèles. À la suite d’une période de relative tranquillité voilà que les lancements de nouveaux produits se bousculent au portillon des entrepôts Internet, des tablettes des revendeurs et des sacs-accessoires des utilisateurs. G9, GX9, GH5s, etc envahissent notre univers des appareils numériques de format MFT ou M4/3 et relèguent bien des modèles “néo-anciens” très efficaces comme les G85, GH5, GX8 ou GX85. Et pourtant ces derniers ont encore tellement à offrir, il faut donc profiter des aubaines avant l’inexorable assèchement des inventaires!

Le Panasonic Lumix G85 / G80 constitue à mon sens l’un des appareils numériques avec un capteur MFT de 16 méga pixels les plus efficaces de cette génération. Il réunit plusieurs éléments gagnants dans un boitier de présentation plus modeste qui rappelle de précédents designs d’origine teutonne. Cependant dès sa prise en main on ressent un confort ergonomique indéniable qui incite à l’usage et son interface  matérielle et virtuelle (menu) est relativement aisé à assimiler. Ce n’est pas, il faut ajouter, un appareil photo à destination professionnelle, donc pour un usage hyper intensif et commercial, mais son boitier est conçu pour résister aux intempéries. Bref il passe partout, été comme hiver, au soleil ou dans l’averse. Bien sûr il convient de le combiner avec une optique d’accompagnement tout aussi à l’épreuve des conditions adverses.

Le Lumix G85 / G80 est suffisamment léger pour tenir en main de façon prolongée sans générer de fatigue corporelle gênante de l’utilisateur si on lui adjoint un objectif standard de dimensions et de poids acceptable. Dans le cas contraire l’adjonction de la poignée optionnelle DMW-BGG1 peut être d’un support certain en plus de multiplier par deux l’autonomie énergétique de l’appareil. À mon sens les qualités du capteur embarqué du Lumix G85 peuvent se comparer à tout autre résultat d’image de qualité supérieure et assurément surpasse toute exigence proposée par une diffusion sur écran électronique. Alors pas d’inquiétude de ce coté pour se servir pseudo-professionnellement du modèle. Il n’y a qu’à porter une attention particulière dans la protection tout-terrain du G85 et ne pas s’en servir comme marteau d’urgence par exemple…

Je ne vais pas passer en revue toutes les caractéristiques techniques du Lumix G85 / G80 car vous pouvez consulter aisément différentes pages Internet spécialisées en revue technique des appareils photo et plus encore vous pouvez télécharger facilement de la page support du site de panasonic.com son manuel d’utilisation sur votre tablette ou mobile. Je vais donc me concentrer sur les points que j’apprécie plus particulièrement du Lumix G85.

Commençons par son petit coté “carré” qui lui revêt un look SLR indiscutable peut-être à la manière de de certains Leica R d’une époque révolue de l’argentique à grande échelle. Les lignes du boitier sont très heureusement épurées, bravo pour avoir résister à l’appel de la fioriture de tout acabit. La tendance n’est ni nouvelle, ni unique en soi mais l’effort de créer un outil compétent mais modeste d’aspect mérite d’être souligné. Toute l’information essentielle des paramètres variables de l’appareils apparaitra soit dans le viseur électronique (EVF), soit sur l’écran arrière au choix de l’utilisateur. Il est inutile d’ajouter des écrans redondants sur le plateau supérieur d’un appareil numérique en voulant imiter les anciens SLR de l’ère argentique ou alors il faut privilégier des modèles appareils avec les commandes directes d’ouvertures du diaphragme, de temps de poses et de distances de mise au point.

Avec un viseur électronique l’utilisateur est toujours en mesure d’évaluer plus ou moins précisément le résultat final de l’image captée par l’appareil. Mais plus encore le photographe peut évaluer les effets des corrections de colorimétrie, d’exposition, de mise au point, de profondeur de champs ou de tout autre effet avant la prise de vue, un avantage indéniable sur tout autre viseur optique passéiste. Grâce cet avantage technique l’usager fonctionne presqu’à coup sûr sans l’ancienne incertitude de l’ère argentique. Bref l’expérience de prise de vues se réalise en temps réel et sur le terrain, merci monsieur numérique. Et j’allais dire aussi à l’économie mais le prix de la mémoire numérique étant ce qu’il est cet argument devient un peu caduque.

La poignée latérale intégrée au boitier est un grand avantage non seulement parce qu’elle assure une prise en main confortable et sécuritaire mais aussi parce que son intégration évite les dédoublements de commandes présents sur d’autres modèles d’appareils avec poignée optionnelle. Le bloc d’alimentation optionnel DMW-BGG1 situé au bas du Lumix G85 / G80 ajoute un support vertical très préhensile avec les commandes de prise de vues appropriées et double l’autonomie de l’appareil. Ce bloc permet une rotation avec trois blocs-accus qui évite de sortir celui situé dans le boitier qu’on peut conserver en cas d’urgence absolu. Rappelons l’autonomie proclamé du manufacturier de plus de 300 déclics par bloc-accu. L’accès latéral de la carte mémoire est très apprécié surtout si vous télécharger vos fichiers directement de la carte via le port intégré de votre portable.

L’écran tactile du Lumix G85 / G80 est un modèle du genre et permet à l’utilisateur d’avoir un accès direct et facile à toutes sortes de fonctionnalités de l’appareil. Son fonctionnement intuitif prévient l’usage répété du menu de l’appareil certes touffu mais aussi beaucoup moins attrayant. De même le menu rapide (Quick Menu) est une autre façon de faire les ajustements critiques pour les paramètres les plus courants du Lumix G85 / G80.

Parce que le Lumix G85 / G80 n’est pas vraiment un appareil des plus compacts surtout comparé aux autres modèles de style “rangefinder”, ses commandes sont relativement bien dispersées sur la surface du boitier évitant ainsi beaucoup de touches accidentelles et malencontreuses. Certains leviers comme celui sélectionnant le type de mise au point sont des commodités vraiment appréciés des utilisateurs. Tous les modes d’exposition sont également aisément accessibles et deux de ceux-ci, C1 et C2, sont paramétrables de façon individuelle pour un usage exclusif à la volée. Plusieurs variations d’utilisation sont possibles pour les mêmes fonctionnalisés indiquant ainsi la grande souplesse d’opération du Lumix G85 / G80 pour ses propriétaires. Le déclenchement est doux et discret. L’interrupteur de tension est logiquement situé à droite du boitier mais peut être difficile d’accès. Les rondelles avant et arrière de réglages multi-assignations sont bien localisées quoique légèrement trop excentrées vers le coté droit ce qui rend la manipulation d’une seule main de l’appareil plus hasardeuse. La permutation viseur-écran est efficace et l’on peut se limiter à l’action du viseur en renversant l’écran vers le boitier ce qui le protègera et évitera ainsi son fonctionnement continu très énergivore (dans ce cas le viseur ne s’allumera que si vous l’utiliser). Le bouton test Fn4 de visualisation de profondeur de champs est situé à l’arrière ce qui est moins intuitif que sur le devant du boitier et il n’est pas signalé d’un symbole de reconnaissance  inscrit.

Le flash d’appoint incorporé du Lumix G85 /G80 est très utile pour déboucher les ombres à contre-jour pour peu que le ou les sujets sont situés à une distance raisonnable. L’ajout d’un flash externe comme le Panasonic FL360L est recommendable pour celles et ceux qui ont besoin fréquemment d’un éclairage d’appoint et veulent ainsi éviter de trop taxer l’autonomie du bloc-accu de l’appareil. Enfin le flash intégré du Lumix G85 peut servir de flash-source (Command flash) pour une installation comprenant un ou plusieurs flashes externes et indépendants. À noter que la fonction Fn1 permet de doser la puissance du flash intégré en relation avec l’exposition de la lumière ambiante.

La prise du trépied du boitier du Lumix G85 / G80 est située dans l’axe de l’objectif mais celle du bloc d’alimentation DMW-BGG1 ne l’est pas. La prise de télécommande filaire de déclenchement est située latéralement avec les autres prises de microphone externe, de liaison USB et (Mini)HDMI.

Prenez note que selon mon habitude je ne traiterai pas des fonctionnalités propres au mode vidéo du Lumix G85 / G80. Je laisse cette partie aux spécialistes du médium.

L’imagerie générée par le capteur numérique MFT de 16 méga-pixels du Lumix G85 / G80 reste à la hauteur des meilleurs appareils de sa catégorie. La colorimétrie et l’exposition du Lumix G85 sont très prévisibles avec un ajustement automatique des profils de température couleur assez performant en particulier lorsqu’il est en présence de sources d’éclairage mixtes. Le rendu monochrome (noir et blanc) disponible en deux rendus est exemplaire comme la plupart des modèles MFT de Panasonic. L’option monochrome est accessible via différentes fonctionnalités et peut être configurée en mode personnalisé C1 ou C2 le cas échéant. D’autre part plusieurs variantes de palettes couleur sont aussi présentes dans les menus de l’appareil. À cette étape d’utilisation du Lumix G85 / G80 votre interprétation de l’image peut s’affirmer sans grande contrainte.

Dans ce modeste survol, il me reste à souligner le plaisir créatif d’utiliser le Panasonic Lumix G85 /G80 et d’en apprécier la grande versatilité et sa discretion d’emploi. L’appareil est réactif et se prête bien à l’exercice de la photographie spontanée (on the spot!) mais aussi à celle de la prise de vues plus sophistiquée si vous le souhaitez. Bref un investissement minimum pour un maximum de plaisir avant-après photo.

P.s. Le Panasonic Lumix G85 / G80 est-il un appareil compact?

Tel est la question pour le ou la photographe au quotidien qui désire un appareil aux dimensions réduites, plus discret mais toujours compétent. La réponse est simple. Le Lumix G85 / G80 est véritablement un compact qu’on a plaisir à tenir “en main” de façon quasi permanente. En effet ses dimensions s’apparentent très bien à d’autres modèles à viseur décentré (rangefinder) comme le Lumix GX8 ou encore à viseur centré comme les Olympus OM-D E-M5/10 avec poignée latérale optionnelle. Ce qui rend unique le Lumix G85 / G80 est justement l’intégration d’une poignée latérale très confortable et sécuritaire pour l’utilisateur sérieux et évite ainsi le dédoublement intempestif des commandes sur une poignée optionnelle.

 

Green light for the Panasonic Lumix G85 (G80)

The Panasonic Lumix G85: the genius with modesty!

 

 

Selecting a Panasonic product will be the natural alternative in M4/3 format. Over the previous years I had the chance to own some of their most recent models such as the GX7, GM5 and GX85 that I have found equally competent products into their respective speciality field. And many reviewers have been impressed by the D-SLR like mirrorless Lumix G7. The Panasonic approach in designing cameras and lenses remind a lot the Leica way. Pure lines, basic controls, low profile presentation have been appreciated among spontaneous photographers for travel, street or casual portrait shooting.  Furthermore many Panasonic Lumix products are lightweight. It is true to add that the initial physical touch of their products seems to feel less robust than some similar competitor models but after the initial impression this perception tend to be forgotten in profit of the confort and the ergonomic of the Lumix products.

The Panasonic Lumix G85 is a D-SLR like mirrorless camera with practical virtues like a very secure handling (grip) along with control dials and fonction buttons that are easily reachable. Adding the optional power grip (DMW-BGG1) will simply give a longer battery life autonomy and a superior hand prehension when using larger lenses of external flashes.

Some aspects of the Lumix G85 have to be consider as inherent characteristics in parallel of the price point value of the model. The electronic viewfinder (EVF) for instance which very precise and handy for manual focusing is still more contrasty than the actual picture registered so appreciation can be falsely done. The LCD screen is a lot more accurate in that matter. The refresh rate frequency of the EVF is  on average and seems to slow down a bit in low light condition.

The Lumix G85 interface is reasonnabely intuitive et front forward as for the Quick Menu option. Controls dials and buttons are well located meanly on the right side of the camera and are configurable. The side door memory card access is also a nice touch. The LCD touch screen facilite the access to interesting fonctionnalities. Pivoting LCD screen is another practical option for videographers, macro photographers and photographers who like to simply protect and shut down the screen. As usual the custom camera configuration (C1, C2) allow you to program complex combinations and keep it for future frequent uses. Wifi interactions are also present with the Lumix G85 when you are using the appropriate Panasonic application for mobiles and tablets.


Small but fully appreciated attentions from Panasonic and the Lumix G85 are certainly the side door access to the memory card and the extra battery pack furnished free of charge with the vertical grip BGG-1 as for the lens hood which is also part of the whole package.

In-board flash option is another advantage if you want an easy fill-in light directly available. The Lumix can also manage an external flash in order to get a more powerful and versatile unit.

About the kit lens (Lumix G Vario12-60mm F3.5-5.6 Power OIS)
And dont prevent yourself to choose the Panasonic Lumix G85 kit that include the Lumix G Vario 12-60mm lens Power O.I.S. For the difference of selling price it is a steal. Although the Lumix 12-60mm is not particularly a fast lens it is a very versatile optic to carry all around. Its focal length equivalence in 35mm film format is 24-120mm which represent a very handy choice of angles of view and the G Vario 12-60mm can easily replace at least 2 or 3 prime lenses such as the 12mm, 15mm, 20mm, 25mm and 42.5mm but we must add with the expense of a much smaller maximum aperture. The imagery results from the 12-60mm will surprise you considering the dollars you have spent to get it.





Premium picture output on the spot!
Yes I am particularly pleased by the standard output issued from the Panasonic Lumix G85 both in colour and Black & White. And I must admit that I u
se almost exclusively Jpeg files over the RAW entertained option. It is a matter of personal choice to get fast and exploitable results to edit and share.
Exposure metering by the Panasonic Lumix G85 will give you a clear picture rendering but as usual I prefer to underexpose as far as minus 1 EV to get more profound colours and better details into the highlight areas. In doing so especially with JPEG files you will get a more useful chance to correct your exposure when you are editing your pictures. It follows the old slide film rule of metering your highlight and then correct your lowlight areas.

After working with the new Olympus E-M1 II for a few weeks I did received my new Panasonic Lumix G85 and right from the start everything was falling in place. I can get pleasant and prévisibles colour rendering and most important B&W pictures were again very impressive and comparable to Fujifilm rendering which I consider as one of the highest level standard in mirrorless camera offer.

Furthermore the Panasonic Lumix G85 is a bit less heavier body and that factor adds a lot to its duration confort especially if you carry most of the time the camera with one hand (to be ready to photograph on the spot…)

Another secret is the better interaction of the automatic white balance option of the Lumix G85 especially with mixed sources of domestic interior lightning and in particular with the new LED. In those cases the Olympus E-M1 II was really struggling to get a natural and balanced result. Automatic exposure accuracy of the Lumix G85 is asking less use of the manual exposure correction dial maybe because of its more general metering pattern nature.

Automatic focusing of the Lumix G85 is snappy and repetitive. The only exception will occur when you are facing low contrast subject with low light condition and even under those circonstances the Lumix G85 manage to do its focus eventually most of time. The continuous autofocus option may also struggle when you have a subject that tend to produce space erratic movements and as a result the system may shift from a subject to another. (In my sense you cannot call this “hunting the subject”) As usual manual pre-focusing techniques may a good alternative option for action photography.

A strong advantage of the Panasonic Lumix G85 is certainly its all-weather resistant construction that allows you to work in many adverse conditions without compromises and fear. It can sustain rain, freeze, snow but you have to remind you to combine its body with a lens that have the same ability like the Panasonic Lumix G Vario 12-60mm F3.5-5.6 OIS. Working with a AW camera such as the Lumix G85 is giving you the ability to bring the camera whatever is the environmental condition and in doing so it opens a lot a photographic possibilities neglected by others.

 

Green Light for the Panasonic Lumix G85

 


High ISO 3200 is very exploitable but you will loose some fine subject details…


At the end the Panasonic Lumix G85 is by far a more paisible instrument for the casual and expert photographer. It is a simpler package that give you fast and pleasant output with less fussy reconfiguration of the medium. It encourage you to bring the camera and experiment on the field by taking pictures. Photography has to be fun and rewarding and the Lumix G15 is perfectly adapted for that task. Dont prevent yourself to enjoy it.

Haro on the Panasonic Lumix G85 (G80)

Guadeloupe: a visit to the French Antilles Island with the Panasonic Lumix GX85

iPhone picture by Manon Paquette

Guadeloupe is the designation of a two parts island localized into the French Antilles. A dream island for many French vacationers and retired people with an ideal warm climate. For its own population it can be a different story considering in particular the lack of economical opportunities for the local and especially the youngsters.

You can travel for weeks and months to be able to discover the very diversified facettes of the Grande-Terre and Basse-Terre territories which compose the Guadeloupe. Here is some photo extracts that I have done recently with the help of the Panasonic Lumix GX85 and the Lumix G Vario 12-32mm & Lumix G Vario 35-100mm f4-5.6 Mega O.I.S. lenses.

The colours of the French Antilles are very attractive but you can also produce beautiful black & white compositions. Architectures subjects, people, flowers, animals, etc are all subjects of discovery and artistic experimentations.

A Church at Saint-François, Grande-Terre

 

Marché nocturne (Night Market) at Saint-François, Grande-Terre

 

Marché nocturne (Night Market) at Saint-François, Grande-Terre

 

Jardin botanique (Botanic garden) at Deshaies, Basse-Terre

 

Jardin botanique (Botanic garden) at Deshaies, Basse-Terre

 

Jardin botanique (Botanic garden) at Deshaies, Basse-Terre

 

Jardin botanique (Botanic garden) at Deshaies, Basse-Terre

 

Deshaies, Basse-Tesse

 

Pointe-des-châteaux, Grande-Terre

 

Pointe-des-châteaux, Grande-Terre