Le faire pour soi: le freelance photographique!

On parle souvent de photo-thérapie comme une activité dérivative de notre quotidien répétitif et angoissant d’aujourd’hui. Et il existe plusieurs chantres Internet de cette tendance grandissante de relier l’activité photographique à une recherche non-encadrée ou si peu de ressourcement personnel. Bien sûr l’idée n’est pas nouvelle en soi et répond déjà au plaisir de plusieurs de photographier.

Cette thérapie par l’image est un choix libre qui se veut lamons contraignant possible tant techniquement qu’artistiquement. Elle propose l’observation spontanée de notre environnement dans un cheminement subjectif dans le choix ouvert de moments picturaux personnels. Elle nous “décale” de notre schéma habituel quotidien et elle crée une espèce de nouvelle routine de créativité sans la contrainte du résultat obligatoire.

Pourrait-on parler alors d’un véritable freelancephotographique? Certainement dans la mesure où cette liberté nous incite à franchir des frontières à la fois personnelles et sociales dans l’accomplissement de notre existence. Il n’y a plus de mandats spécifiques à l’acte de photographique si ce n’est que notre propre inconscient créatif qui explore ses sujets favoris et c’est bien l’essence même de cette photo-thérapie.

D’autres formes d’expression artistique offre les mêmes potentiels thérapeutiques. L’art engénéral est un formidable exutoire de l’esprit humain.

L’autre aspect intéressant de cet exercice libérateur est son point de vue individuel qui l’exclut de l’encadrement incessant et perturbateur de la pression sociale qui nous enveloppe de plus en plus de son coté pseudo-justificatif de notre existence. Ic pas de place pour le coté moralisateur de l’intelligentsia du monde photographique destructeur de l’inspiration, de la nouveauté et de la provocation. Le traitement du sujet ad-libed est ouvert à toute interprétation iconique.

Quant est-il du résultat de cette démarche libératrice? Assurément un contenu qui diffère de notre grille habituelle d’images enregistrées. Mais surtout un témoignage de notre force créative à produire une photo plus provocante qui peut peut-être demander un effort supplémentaire à celle ou celui qui la regarde. L’émotion est au rendez-vous car elle traduit celle que vous avez éprouvé au moment de la prise de vues.

L’être humain est souvent à la recherche du soi à travers ce qui l’entoure et chaque élément de cet environnement contribue à sa connaissance et son expérience personnelle. La photo-thérapieprolonge cette observation en la figeant sur des moments particuliers que vous avez retenus en toute subjectivité.

Advertisements